L’interdiction du burkini se propage en France

2
1356

Ainsi donc la nouvelle mode chez les musulmanes est de ne se rendre sur des plages que revêtues d’un habit qui les couvre de manière parfaite.

Nous, qu’avons-nous à dire à cet égard, si ce n’est que d’applaudir ?! La Halakha veut en effet qu’une femme ne se découvre pas, et évidemment pas en public. De la sorte, ce qui est pratiqué chez nous, en Erets Israël, est que les plages destinées au public orthodoxe sont ouvertes de manière séparée pour les hommes à certaines heures, ou à certains jours, et pour les femmes les autres. Font exception celles de la Mer Morte, de Tibériade et une à Elat, qui ont deux plages distinctes, l’une pour les hommes et l’autre pour les femmes : elles sont donc ouvertes en même temps, ce qui n’est pas sans avantage.

Est-ce l’idéal ? Pas toujours : il faut bien sûr également que nul ne puisse jeter de coup d’œil sur la plage quand les femmes s’y trouvent, ce qui n’est pas toujours effectif.

Là où tout cela devient intéressant, c’est quand l’actualité nous apprend que le « peuple français » résiste : visiblement, la tolérance et l’ouverture cessent quand l’autre nous remet en question, et nous montre que la pudeur, cela existe ! De plus en plus de municipalités ont décidé d’interdire une telle conduite sur la place publique, à savoir sur les plages…

Une photo a circulé même montrant des policiers intervenant sur une plage et obligeant une femme à quitter son burkini à Nice, en public ! Aucun doute, ces réactions se prennent de l’angoisse que ressentent les français face à un islam de plus en plus envahissant et présentant, souvent, un danger réel. Mais le Premier Ministre Vals n’a pas hésité à parler d’habit représentant « l’asservissement de la femme ». C’est déjà une autre dimension, et là, il se peut qu’il s’agisse en réalité d’un débordement de la République dans le domaine privé, phénomène grave et inquiétant, car on y sent à l’œuvre la laïcité combattante de style gauchiste. Où est la limite ?

LIRE  L'Allemagne estime que l'aptitude de la CPI à lancer une enquête contre Israël est "douteuse"

Et quand Marks and Spencer a lancé, sur son site internet, un modèle de burkini, la ministre responsable du respect de la Femme en France a poussé des hauts cris, trouvant cette initiative manquant de responsabilité, et l’a comparée à un soutien de l’esclavage. Pas moins.

Diverses instances internationales, dont l’ONU, ont du reste fait savoir leur inquiétude face à une telle intervention officielle dans des domaines de la vie privée, qui n’ont pas à être gérés par un Etat.

Enfin, pour la fine bouche, signalons qu’un imam a montré sur son site une intéressante photo de femmes religieuses chrétiennes, habillées totalement de leurs tenues habituelles, se promenant sur une plage et profitant de la mer. Elles ont le droit, et pas les femmes musulmanes ? Ce compte facebook a eu un nombre important de visites, mais il a fini par être bloqué…

 

2 Commentaires

  1. Intéressant. Cependant, il semblerait que l’aspect de la pudeur ne soit qu’accessoire, dans la mesure où cette imposition d’une tenue qui se veut musulmane par excellence, s’inscrit dans la conquête islamique de la vieille Europe.
    Si le vêtement de bain « tsniout » n’a pas fait autant de remous, c’est certainement dû au fait que chez les filles d’Israël, l’objectif relevant de la pudeur est réel et profond. On ne s’en sert nullement comme d’une arme.
    Beaucoup d’aspects de la religion musulmane peuvent rappeler, léavdil, les nôtres : l’interdiction de consommer du porc, la non-mixité dans les écoles, etc., mais ce sera toujours fait d’une manière agressive et ostentatoire, tout comme leur peine de mort est la caricature du hayav mita de la Torah. Sans compter l’indécente hypocrisie du système musulman, qui non seulement fait de la femme un objet privé là où la France en fait un objet public, mais ne prévoit aucune élévation spirituelle dans un monde futur présenté comme un suprême lupanar où coulent des ruisseaux de vin.
    Un autre aspect de la provocation sans borne ni honte des musulmans, c’est que la riposte française s’en prendra immanquablement au passage aux Juifs qui seront mis dans le même panier. Ainsi, le maillot de bain tsniout, si discret, attire les foudres laïques par ricochet, et les femmes de notre communauté craignent du coup de se baigner de la sorte sur la côte d’azur. Déjà, des voix s’élèvent pour exiger en même temps que l’interdiction du voile musulman, celle de la kippa.
    Cordialement.

    • Etant entendu que la plupart des « idées » musulmanes sont prises de chez nous, cela n’est pas étonnant (du reste, le christianisme n’a pas plus inventé qu’eux…).
      Bien entendu, le risque est présent que cela finisse par se retourner contre nous également, et on en parle déjà, mais cela n’empêche que nous pouvons reconnaitre que sur le plan de la tsniouth, tout n’est pas négatif chez les musulmans, malgré leurs habituelles exagérations.

Laisser un commentaire