Décès de la rabbanith Yaël Cohen, l’épouse du rav Chalom Cohen

0
1247
Le rav Chalom Cohen faisant la "keriya" (déchirant son vêtement en signe de deuil)

 

L’épouse du rav Chalom Cohen, roch Yechivath Porath Yossef et dirigeant spirituel du parti Schass, est décédée à l’âge de 86 ans.

Elle est née dans la famille Ben Chim’on, et son père, rabbi Mantsour, enseignait lui aussi à la Yechivath Porath Yossef.

Le rav Chalom Cohen a raconté, lors de l’enterrement, qu’au moment de leur première rencontre, il lui a demandé si elle était prête à prendre sur elle le joug d’un foyer de Tora, avec un mari qui ne ferait rien d’autre que d’étudier la Tora, ou l’enseigner. Il craignait, en effet, que la jeune fille ne soit pas aussi totalement engagée que ses parents, ce qui était courant à l’époque. Elle lui a répondu de manière catégorique qu’elle y était prête. Le rav Cohen n’était sans doute pas tellement sûr de cela, et à la seconde rencontre, il lui a posé à nouveau la question, mais la jeune fille lui a répondu que sa réponse était ferme et définitive. Et, en effet, raconte le rav, c’est ce qu’elle a fait toute sa vie, permettant à son mari d’enseigner la Tora sans être dérangé, et s’occupant des enfants avec un dévouement infini.

Le rav a raconté qu’après Chabbath, il donnait deux cours qui se suivaient, le tout faisant qu’il revenait tard chez lui, mais jamais la rabbanith ne s’était plainte du fait qu’ainsi elle n’entendait la Havdala qu’à une heure tardive. L’essentiel était, pour elle, l’enseignement que son mari dispensait.

Sa discrétion était remarquable. Elle se rendait deux fois par semaine au pied du Kotel, pour y prier de tout son cœur.

LIRE  L’Iran tente toujours d’acquérir l’arme nucléaire (rapport allemand)

C’est elle qui répondait au téléphone, quand, plus tard, le couple en a eu, afin que son mari ne soit pas dérangé quand il étudiait, faisant attention à décrocher dès la première sonnerie.

Elle a connu de grandes souffrances sur ses derniers jours, mais est restée lucide jusqu’au dernier moment. Elle a demandé pardon à son frère, rabbi Mas’od Cohen, Roch Yechivath Or Elitsour, de peur que, dans sa jeunesse, elle ne se soit pas conduite envers lui, son frère, comme il le fallait. Son fils, rabbi Efraïm Cohen,  enseignant à la Yechivath Yakiré Yerouchalayim, a évoqué sa remarquable attention dans les questions de Halakha, refusant même que lui, son fils, lui rende un quelconque service, « car on n’a pas le droit de le demander à un kohen ».

Tous ses enfants sont des cadres toraniques importants.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire