Si même Kalman Liebskind s’y met…

0
342

Le journaliste Kalman Liebskind (notre photo) attaque durement les membres de la droite qui, selon lui, ont volé la voix des gens et les ont transmises à la gauche. Liebskind s’en prend également à Nir Orbach qui a expliqué cette semaine que le duo de Fried et Geffen l’a conduit à la décision..

Be’hadré ‘Harédim

Le journaliste Kalman Liebskind occupe une place d’honneur dans la salle de la presse. Contrairement à d’autres, sur les qualités de journaliste de Liebskind il y a un large consensus de droite à gauche, il n’a pas peur de critiquer la gauche, mais plus que cela, il n’a pas peur de critiquer la droite non plus. Il y a plusieurs mois, il a publié un article qui a provoqué une intense polémique à droite, dans lequel il appelait le Premier ministre Netanyahu à bouger et à permettre à une autre personne de droite de prendre les rênes.

Aujourd’hui (vendredi) dans un article cinglant écrit par Liebskind dans Maariv, il s’en prend aux membres de la « droite » et les traite de « voleurs de voix ». Il est également indigné par la superficialité montrée par le député Nir Auerbach lorsqu’il a affirmé dans une interview que ce qui l’a amené à prendre la décision de soutenir le changement de gouvernement est une chanson commune d’Avraham Fried et Aviv Geffen (l’un orthodoxe, l’autre non).

« Ce n’était pas facile pour moi d’écrire les choses que vous allez lire ici », commence Liebskind, notant: « Je connais Naftali Bennett et Ayelet Shaked depuis de nombreuses années. Combien de fois ai-je voté pour eux, et quand ce n’est pas le cas, presque toujours – malgré les critiques de tel ou tel mouvement, ou décision d’une manière ou d’une autre – j’ai ressenti du respect et de l’appréciation pour eux. Mais c’est fini. On s’arrête là. Leurs dernières décisions et le gouvernement qu’ils présenteront cette semaine en trichant, en volant des voix et en renversant le point de vue idéologique qu’ils ont véhiculé au fil des ans – ne peut leur valoir, à eux et à leurs amis, ni droit, ni respect ni appréciation ».

LIRE  "Les Frères musulmans sont en passe de gagner la bataille sémantique"

« Je sais que beaucoup de mes électeurs souffrent, la douleur est réelle et j’accepte les critiques avec compréhension », a déclaré Bennett à Amit Segal. Et lorsqu’il ajouta, quelques jours plus tard, dans une déclaration solennelle, que « des critiques légitimes d’un côté, et des comportements alarmants de l’autre », et tenta de faire passer le message que, n’en déplaise à la douleur de ses électeurs, il faut avancer, j’ai cru que j’explosais. Qu’est-ce que cela signifie que vous acceptez la critique avec compréhension ? Au nom de quel droit moral osez-vous juger quelqu’un ici ? », s’emporte Liebskind.

Le journaliste de Maariv affûte encore plus le ton vers le mouvement de la droite : « Imaginez une situation où une personne qui a volé votre portefeuille de votre poche il y a une minute, se tient sur une scène, dans la rue, devant votre regard abasourdi, et sur un ton officiel, donne des notes au style linguistique que vous utilisez lorsque vous criez « Eh voleur, rend-moi mon portemonnaie ! » Eh bien, ce que Bennett, et Shaked, et Matan Kahana, et Nir Orbach et Idit Silman et Avir Kara ont fait, mille fois pire que le même pickpocket qui a saisi votre argent. Ils n’ont pas volé un portefeuille avec 200 NIS. Ils ont volé à leurs électeurs ce qu’il y a de plus précieux dans la poche d’un citoyen dans un État démocratique. Ils leur ont volé leur voix. »

Liebskind explique le principe démocratique qui, selon lui, a été violé par cette décision : « De temps en temps – quatre ans ou moins, comme dans notre cas – la démocratie se tourne vers le citoyen et lui demande son avis, lui proposant d’aller aux urnes et indiquer la direction dans laquelle il veut que son pays aille. L’argent, il vient aujourd’hui et qui s’en va demain. Mais là, c’est le droit fondamental de chaque personne qui est en cause. C’est l’atout le plus précieux qu’il possède. La capacité du petit homme à influencer son destin est le plus beau cadeau qu’il reçoit de son pays. Et voilà que Bennett et ses consorts viennent voler ce petit bulletin de vote citoyen. Au lieu de cela, une note complètement différente, et sans sourciller, ils se tiennent devant les caméras et lui parlent, comme la victime de ce vol, sur la nécessité de s’unir et d’aller de l’avant. Y a-t-il plus d’audace que cela ? »

LIRE  Ohana : "Interdire de prier en minian, et laisser l'anarchie régner dans les manifestations ?!"

En conclusion, Liebskind a énuméré les coupables et fonce sur Nir Orbach : « Tant Bennett que Shaked, que Kahana, que Silman, qui en une déclaration enfantine a raconté cette semaine avoir trahi toutes les promesses de son parti, grâce à une chanson chantée ensemble par Avraham Fried et Aviv Geffen. Dites-moi, est-ce sérieux ? Il est impossible d’inventer une telle superficialité. Sommes-nous à un événement historique de la formation d’un gouvernement ou à une rencontre de jeunots du Bené Akiva ? »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire