La députée du Likoud s’est exprimée en plénière : « Sans la Tora, nous n’existerions pas »

0
219

« Quiconque pense que c’est ma force et la force de ma main qui font tout cela est aveugle… sans les étudiants de la Tora, nous n’existerions pas un jour »

Be’hadré ‘Harédim – Hani Levin – Photo : Shuki Lerer

Dans le contexte de la loi sur la conscription, aujourd’hui (mardi), Galit Distel Atbaryan, membre de la Knesset du Likoud, a pris la parole en plénière et a prononcé un discours puissant et émouvant sur les étudiants des sages et le pouvoir de l’étude de la Torah.

Elle a ouvert son discours en disant : « En tant que personne ayant servi à plein temps dans l’armée israélienne, je crois de tout cœur que les prières, l’étude, les Yechivoth, les Sages sont le bouclier spirituel du peuple d’Israël.

« En tant que personne qui a envoyé ses enfants servir dans une armée à service complet, je crois que ma force et ma puissance n’existent pas, qu’il n’existe pas de nation divisée aux quatre coins du monde pendant 2000 ans, persécutée, opprimée, brûlée, tous les crimes contre l’humanité commis contre notre peuple, et après 2000 ans nous sommes revenus ici. Quiconque pense que c’est aléatoire, Quiconque pense que ce pays est depuis presque 80 ans au cœur d’une jungle pleine de loups qui veulent pour massacrer, soyons précis, un milliard six cent millions de musulmans. »

« Quiconque pense », a souligné Atbaryan, « que c’est ma force, que nous seuls parvenons à maintenir un miracle sans précédent, qu’il ne passe aucun test géopolitique, qu’il n’y a pas de précédent historique pour ce qui se passe ici. Cela ne peut pas provenir du fait de notre force. Quiconque le pense est volontairement aveugle, aux yeux de la contribution du secteur orthodoxe, ce n’est pas seulement des dons caritatifs, ce n’est pas seulement de la charité dans la mesure du possible. La véritable contribution du secteur orthodoxe à sa multitude d’étudiants sages et à sa multitude de Yechivoth, c’est que nous existons ici, je pense que s’il n’y avait pas ces gens qui portent sur leur dos le fardeau du judaïsme, qu’aucun des nous porterions, s’il n’y avait pas ces gens qui observent religieusement matin, midi, nuit, jour après jour l’esprit juif éternel, la Guemara, la Michna, toute la sagesse infinie, la spiritualité juive, sans eux, à mon avis, nous n’existerons plus un jour », a noté la députée.

Atbaryan a ajouté : « Ce secteur que l’on traite avec haine, dont personne n’essaie de comprendre sa peur, et sa peur n’est pas d’envoyer des enfants combattre dans la bataille, leur peur est que dès qu’ils envoient leur enfant à l’enrôlement, l’enfant quitte la communauté, et ça arrive, ils quittent la communauté et à notre place les laïcs nous écouterons cette peur et saurons la communiquer et ensuite ils se mobiliseront, nous sommes des agresseurs, nous sommes des haineux, nous maudissons ce secteur qui reste effrayé chez lui et continue de prier et continue de préserver ce pays, car sans la Tora nous n’avons pas d’existence et sans judaïsme nous n’avons pas d’avenir et sans le secteur orthodoxe ce pays n’existerait pas, ou au moins serait beaucoup moins en sécurité ».

Atbaryan a terminé son discours en disant : « Étudiants des sages d’Israël, je vous salue, je suis derrière vous ».

Aucun commentaire

Laisser un commentaire