Mort de Jakiw Palij, ancien gardien SS de camp nazi

0
43

Jakiw Palij, un ancien gardien SS de camp nazi expulsé en août par les Etats-Unis, est mort en Allemagne à 95 ans, a annoncé jeudi l’ambassadeur américain à Berlin, Richard Grenell.

L’ancien gardien de camp est mort dans une maison de retraite à Ahlen (Rhénanie du Nord-Westphalie), a précisé la Frankfurter Allgemeine Zeitung sur internet.

L’Allemagne avait accepté en août d’accueillir l’ex-gardien SS, expulsé par les Etats-Unis, invoquant sa responsabilité « morale » au moment où elle est en passe de clore les dernières poursuites contre d’anciens nazis.

Né en Pologne, Jakiw Palij, qui vivait depuis 1949 à New York, avait été assistant SS en 1941 dans le camp de travail forcé de Trawniki dans lequel plus de 6.000 Juifs ont été exterminés.

M. Palij avait immigré en 1949 aux Etats-Unis et obtenu la nationalité américaine huit ans plus tard, prétendant avoir été un fermier pendant la Deuxième guerre mondiale. Mais en 2003, un juge fédéral la lui a retirée parce qu’il avait menti sur son passé de SS.

Le procureur avait estimé que M. Palij, en tant que gardien, avait empêché les prisonniers de s’échapper et avait « contribué directement à leur massacre ». Des accusations que l’intéressé a réfutées.

Berlin a longtemps refusé de l’accepter sur son territoire car il n’avait pas la nationalité allemande.

« L’ancien gardien de prison nazi Jakiw Palij est mort en Allemagne. Je suis très reconnaissant à Donald Trump d’avoir fait de cette cause une priorité », a indiqué sur Twitter M. Grenell.

Le camp spécial de Trawniki, ouvert en septembre 1941, a fermé à l’automne 1943 après que des unités SS ont massacré l’ensemble des prisonniers du camp, soit quelque 6.000 Juifs, dans le cadre d’une opération appelée « Fête des moissons ».

L’Allemagne a jugé et condamné ces dernières années plusieurs anciens SS pour complicité de meurtre : John Demjanjuk, Reinhold Hanning et Hubert Zafke ont tous été condamnés, illustrant la sévérité accrue, mais très tardive, de la justice allemande.

Cependant, jusqu’ici, aucun n’est allé en prison en raison de leur état de santé.

La justice allemande est régulièrement critiquée pour son traitement des crimes du IIIe Reich, accusée d’avoir longtemps trop peu condamné, trop faiblement et trop tard.

Source www.i24news.tv

Aucun commentaires

Laisser un commentaire