États-Unis : pour Nigel Farage, le « lobby juif » est « surpuissant »

0
601

L’ancien leader du parti europhobe Ukip est fortement critiqué après avoir expliqué que les Juifs avaient un pouvoir politique disproportionné aux États-Unis.

« Il y a environ six millions de personnes juives vivant en Amérique, donc un pourcentage relativement petit, mais en termes d’influence, c’est énorme », débute Nigel Farage. Interrogé à la radio britannique LBC sur les soupçons d’ingérences russes dans la présidentielle américaine, l’ancien leader du parti europhobe Ukip s’est retrouvé au cœur d’une vaste polémique après sa réponse à un auditeur. « En termes d’argent et d’influence, ils sont un lobby surpuissant », a-t-il ajouté. Il a ensuite remercié l’auditeur pour sa question, et pour avoir « fait remarquer qu’il existait d’autres puissants lobbies en Amérique avec le lobby juif qui a des liens avec le gouvernement israélien, dont il est l’une des voix les plus puissantes », rapporte le journal britanniqueThe Independent.

Après ces déclarations polémiques, Nigel Farage, visage emblématique du Brexit, a été largement critiqué. Et notamment par l’un des représentants de la Campaing Against Antisemitism (CAA), une organisation non gouvernementale luttant contre l’antisémisitme en Angleterre, qui appelle Nigel Farage à s’excuser après ces « déplorables commentaires ». Ce dernier déplore des propos qui encouragent les « théories complotistes antisémites ».

Nigel Farage rallié par Florian Philippot

Proche de Donald Trump, Nigel Farage préside désormais le groupe « Europe de la liberté et de la démocratie directe » au Parlement européen, après avoir quitté l’Ukip, le parti pro-Brexit qu’il avait créé. Depuis la sortie de l’Angleterre de l’Union européenne, ce parti europhobe peine à trouver une raison d’exister, en partie depuis le départ de son leader charismatique. Depuis, attirés par ses idées indépendantistes, Florian Philippot et ses alliés des Patriotes ont annoncé le 3 octobre dernier qu’ils rejoignaient Nigel Farage, « un ardent défenseur des démocraties nationales », avaient-ils écrit dans un communiqué.

LIRE  Une première : une condamnation pour propagation du virus !

Source www.lepoint.fr

Aucun commentaires

Laisser un commentaire